Etudes, Slovakia
Kristina, Slovakia

Kristýna, která nyní studuje v Bratislavě v rámci doktorandského cyklu specializovaného na energetickou politiku Evropské unie, předtím absolvovala magisterský program zaměřený na oblast mezinárodní ekonomické politiky na pařížské univerzitě politických studií SciencesPo. Proč propadla kouzlu Francie, která se stále její srdeční záležitostí ? Vděčí  za to svému studijnímu pobytu na univerzitě v Toulouse v rámci stipendijního programu Erasmus, jenž pro ni zůstává jedním z „nejlepších období jejího života“. ..
(Fotky: Office du Tourisme de Toulouse)

Mon année à Toulouse a été une des meilleures années de ma vie

 

> Comment s’est passée ton arrivée à l’université Capitole 1?

Je viens du cursus des relations internationales économiques de l’université d’économie de Bratislava. A l’Université Capitole 1, l’accueil a été très bon. J’ai dû choisir des enseignements équivalents à ceux que j'avais suivis à l’université d’économie de Bratislava. C’était plutôt général, pendant cette année j’ai pu suivre des cours d’une grande diversité, du Droit international, de l’Economie, de la finance…L’université Capitole 1 proposait un large choix de cours, et j’ai même pu suivre des cours de Master. Je n’ai ensuite eu aucun problème pour faire valider mes crédits, pour obtenir ma deuxième année et pour passer en troisième année de Licence, que j’ai effectuée à Bratislava.

> Qu’as tu pensé de l’université Capitole 1 ?

J’ai beaucoup apprécié le large choix de cours et la qualité des enseignements. L’université Capitole 1 est située au coeur de la ville et c'est une université ancienne chargée d’histoire. Composée de deux “campus”, dont un qui s’appelle la “manufacture des tabacs”, a été remis à neuf récemment se trouve juste au bord de la Garonne, et un deuxième plus ancien non loin de la place Saint pierre, l’université est idéalement située. Je préférais avoir cours à la manufacture des tabacs, car les locaux étaient plus confortable. L’université Capitole I proposait aussi des cours de sport, de langues etc. Je me suis sentie vraiment à l’aise dans cette université.

 

> Quel était ton niveau de langue française en arrivant à Toulouse?


Mon niveau de français en arrivant à Toulouse était plutôt faible, car j’avais poursuivi des études en lycées sections bilingues en espagnol et en anglais mais pas vraiment en français. C’est aussi une des raisons pour lesquelles j’ai choisi de venir à Toulouse car c’est près de l’Espagne et c’est une ville du sud. Tout en apprenant le français je savais que j’aurais l’opportunité de pratiquer l’espagnol. J’avais aussi choisi Toulouse car l’université offrait des cours en espagnol, donc je pensais pouvoir suivre les cours en espagnol et ensuite apprendre le français, sauf que ce n’était pas possible pour les étudiants étrangers, j’ai donc suivi les cours en français ou en anglais. Mais j’ai eu l’occasion de pratiquer mon espagnol en dehors des cours magistraux.

>  Comment as-tu choisi de partir à Toulouse ?

L’université d’économie a des partenariats avec Toulouse, c’était près de l’Espagne, dans le sud de la France, j’avais entendu que c’était une belle région et une belle ville j’ai donc voulu découvrir, et je n’ai pas été déçue.

> Comment s’est passée ton année à Toulouse?

Très bien, c’était une des meilleures année de ma vie, l’ensemble était super, la ville, l’université , les gens que j’ai pu rencontrer, les excursions que j’ai pu faire.
Je suis restée un an pour les deux semestres, j’ai obtenu ma deuxième année de licence. Je suis rentrée ensuite à Bratislava pour achever mon bachelor de relations internationales économiques et ensuite j’ai été acceptée à l’IEP de Paris en master 1 et 2.

> Comment décrirais-tu Toulouse ?

La ville est vraiment magnifique, c’est vraiment la  ville rose avec les briques roses des bâtiments, une magnifique architecture... Et une ville chargée d’histoire de par ces bâtiments, ses musées, ses ponts et ses églises anciennes. Il y a une vie culturelle assez importante. C’est aussi une ville festive, notamment le Café Populaire que j’aimais beaucoup, et qui offre une ambiance exceptionnelle. Il y a aussi beaucoup d’animation dans les rues avec différents bars, restaurants et animations culturelles; Notamment sur les bords de la Garonne, où les personnes se rencontrent pour boire un verre, jouer de la guitare et profiter des soirées d’étés, c’est vraiment une atmosphère détendue et sympathique. C’était une des meilleures années de ma vie.

> Quelles étaient tes activités en dehors de l'unviersité?

J’aime beaucoup faire du sport, il y avait l’opportunité de faire du voley ball, du tennis, je nageais aussi. L’université offrait la possibilité de faire partie d’un club et de pratiquer un sport.
Il y avait un comité pour les étudiants Erasmus et les responsable du comité organisaient  beaucoup d’activité pour nous. Notamment des excursions à la plage ou à la montagne pour faire du ski, car c’est aussi une des qualités de Toulouse qui est située à mi-chemin entre les Pyrénées, la méditerranée et l’atlantique. Avec d’autres étudiants nous avons aussi organisé nos propres excursions en Espagne, en Andorre et dans plusieurs endroits en France. Le groupe était plutôt un groupe d’Erasmus ou d’étudiant étrangers, il est un peu plus difficile de rencontrer des français, on est resté plutôt entre Erasmus, beaucoup de mexicains, d’anglais, de belges, d’allemands et de polonais. Il y a la possibilité de passer des certificats de langues, d’espagnol de français, avec l’université de Toulouse 3 Paul Sabatier. , il y avait des groupes de préparation.

> Où as-tu logé? as tu eu des difficultés à trouver un logement?

Pour trouver un logement,ça n’a pas été difficile puisque tout était arrangé avant que je parte. J’avais une chambre à Chapou, une résidence CROUS qui est située en plein centre-ville à 10 minutes à pied de l’université près du canal de Brienne, je payais 130 € par mois, j’avais aussi la bourse ERASMUS. Les transports marchent bien, mais je faisais pratiquement tout à pied ou en velib (velo’Toulouse) car le centre-ville est accessible à pied partout.