témoignage, République tchèque
Michal, République tchèque

Strasbourg – Bureaucratie, pluie et choucroute

Peu importe si vous considérez l'Erasmus comme une opportunité d'élargir le champ de vos compétences, un moyen d’améliorer les langues étrangères ou pour vous amuser, Strasbourg a du potentiel pour vous satisfaire.

C'est plutôt une destination confortable. Le choc culturel n'est pas beaucoup plus grand que celui d'un Pragois à Brno et la ville est la moins éloignée de toutes les destinations francophones. Le climat, la faune et flore ressemblent à celle de Prague, le paysage à celui de Hradec Kralové.

D'abord les obligations… Parlons de l'université.

L'Université de Strasbourg est une université prestigieuse, offrant une formation de très bonne qualité, ayant une bonne réputation et excellente notation. Bien sûr il y a des différences entre facultés, mais ils font l'effort de garder un bon niveau et en général ils y arrivent bien. Ce n'est pas l'endroit idéal pour laisser les semestres s'écouler sans faire d'effort. Mais ne vous inquiétez pas, le système Français est doux. Pour réussir le semestre il vous suffit d’avoir la moyenne de toutes les matières. Des fois il y a un minimum par matière imposée.

Attention aux absences injustifiées et au copiage. Non seulement les enseignants, mais aussi une bonne partie d'étudiants sont allergiques à la tricherie. Ils sont simplement vexés quand ils ont du mal à avoir de bonnes notes.

Vous serez certainement surpris par le niveau de la bureaucratie. Il n'est pas anormal d'arriver en septembre et ne pas être proprement inscrit en décembre. On va vous faire patienter avec des formulaires comme Astérix dans la maison qui rend fou. Mais ce n'est pas une raison de paniquer. Les Français fonctionnent comme ça. La quantité de formulaires à remplir baisse à mesure que la durée du séjour augmente.

 

Palais Universitaire Photo: http://www.photos-alsace-lorraine.com

Il est évident que Strasbourg n'est pas une destination exotique. Les autres Français s'en moquent  en disant que c'est l'Allemagne et qu'il pleut sans arrêt. Oui, il pleut. Mais des fois ça s'arrête et il fait beau. Puis il repleut.

La ville a réussi à rester belle, pleine de maisons en colombage en centre-ville. Le centre est entouré de l'art nouveau et l'invasion des HLM s'est arrêtée à la banlieue. Seule la cathédrale sort du centre-ville comme un doigt autoritaire. Promenez-vous dans la Petite France et passez à la Maison Kammerzel en janvier ou février. Ils ont une promotion sur la choucroute aux trois poissons. En début d’année, deux portions sont au prix d'une. Enfin on arrive à la choucroute. Les Alsaciens adorent le chou. Et la charcuterie. Dans ce cas la choucroute est servie avec trois espèces de poisson. Inhabituel, mais fort gouteux. En Alsace on boit aussi beaucoup de bière.

Strasbourg – Ponts Couverts ©Aloïs Peiffer

Le paysage est superbe. Le plat entouré par les Vosges et par la Forêt noire a de quoi offrir à tout le monde. Amenez votre vélo. Il pleut rarement très fort et les déplacements quotidiens en tramway sont un martyr. Les trams sont pleins tout le temps et ils ont du mal à fonctionner avec les tonnes de voyageurs aux heures de pointe. Du coup, ils prennent du retard. Au moins une fois par semaine, un tram reste bloqué à cause d'une panne ou d'un incident.  Si le chauffeur est obligé de mettre le frein d'urgence il doit s'arrêter à la station suivante et remplir des formulaires. Ca fait bloquer les autres trams et les boulevards se remplissent de ces chenilles vertes immobiles.

Un weekend, prenez votre vélo et allez à Mulhouse ou jusqu'à Bâle. C'est faisable en une journée et la desserte par le train est parfaite. Ou bien vous pouvez monter jusqu'au Weglenburg en Allemagne et dormir à la belle étoile directement au château.

 

Le matin au Weglenburg

Les gens ne sont généralement pas si ouverts et tranquilles comme par exemple à Bordeaux. Les Français du sud disent que les Strasbourgeois sont froids. Mais c'est plutôt comme en Tchéquie. Vous leur laissez un peu de temps pour s'ouvrir, vous les rencontrez mieux et vous trouverez qu'ils sont supers. D'un coup on se rend compte qu'on aimerait rester ici. Si ça vous arrive, sachez que souvent il est facile de faire un échange puis de finir ses études à l'université d'accueil.

Bon courage! Passez du beau temps en Erasmus, étudiez bien, mais ne vous freinez pas et profitez au max! :-)

Michal Kozderka

Doctorant au Laboratoire des Sciences de l'Ingénieur, de l'Informatique et de l'Imagerie (INCUBE) - Université de Strasbourg